RIP Sgt. Pepper – Musique de Montréal #45

« À 90 ans, le sergent Poivre s’en est allé rejoindre son Lonely Hearts Club Band dans les vertes vallées de Pepperland. » (Sylvain Cormier)
Une heure de musique signée George Martin, le 5e Beatles, décédé le 8 mars dernier.

NOTES EN VRAC

1926-2016 – Sir George Martin, le noble complice des Beatles (Sylvain Cormier)
À 90 ans, le sergent Poivre s’en est allé rejoindre son Lonely Hearts Club Band dans les vertes vallées de Pepperland.
(…) Dont la fameuse fois où John Lennon, insatisfait des deux versions totalement différentes de Strawberry Fields Forever, demanda au magicien réalisateur « d’arranger ça ». « C’était une impossibilité technique,raconta Martin, les versions n’étaient pas dans la même tonalité ni le même tempo ! Mais j’ai essayé, et par miracle, en accélérant la prise sept et en ralentissant la prise 26, ça concordait ! »

George Martin – Une entrevue inoubliable avec George Martin (Philippe Rezzonico)
Cela dit, si Martin était bien plus que le cinquième Beatle, tant son travail émérite s’est fait sentir auprès d’autres grands de la musique, ce monsieur dont la classe était une qualité innée était demeuré très proche de son groupe favori. Comme un père qui garde le contact avec ses enfants après qu’ils aient quitté la maison. (…) Avec Paul McCartney et Michael Jackson Mais le réalisateur a néanmoins travaillé à maintes reprises avec McCartney après la rupture du groupe. Que l’on pense à Live and Let Die (Wings), ainsi que les duos de Macca avec Stevie Wonder (Ebony and Ivory) et Michael Jackson (Say, Say, Say).

In my life (Wikipedia)
The solo was recorded with the tape running at half speed, so when played back at normal pace the piano was twice as fast and an octave higher, solving the performance challenge and also giving the solo a unique timbre, reminiscent of a harpsichord.

Strawberry Fields Forever sur l’album LOVE (Wikipedia)
George Martin et son fils, Giles Martin, l’ont produit en collaboration avec le Cirque du Soleil. Medley de différentes versions de la chanson, commençant par une démo acoustique pour se terminer sur la version single. Le final contient aussi, entre autres, des sections d’orchestre de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, le solo de piano de In My Life, les trompettes de Penny Lane, le solo de cordes et clavecin de Piggies et les chœurs extraits du final de Hello Goodbye.

The Glory of Gershwin – A Tribute to Larry Adler’s 80th Birthday
Produced by George Martin (review by Henry Doktorski)
Harmonicist Larry Adler personally told me the story of his first performance of George Gershwin’s Rhapsody in Blue: … Rhapsody in Blue is the crowning glory of this album; the longest piece (8.5 minutes—abridged version) and the only instrumental work on the CD. Throughout the entire 78 minutes (talk about value for your money!) Adler and the singers are accompanied by a studio symphony orchestra directed by George Martin.

Theme One (Wikipedia)
The following single, « Theme One », reached number one in Italy, too.[39] « Theme One » was an instrumental piece, originally written by Beatles producer George Martin as a fanfare for the BBC radio station Radio 1.

… was used as the opening theme every morning at the start of broadcasting. Radio 1 was launched at 7:00 am on September 30th, 1967 after the prosecution of the offshore pirate radio stations like Radio Caroline as a way to service the youth listeners. The Controller of Radios 1 and 2, Sir Robin Scott, came on said a few words, then introduced Martin’s “Theme One.” (http://dangerousminds.net/comments/theme_one_listen_to_george_martin)

Photo: Parlophone

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *